Accéder au contenu principal

Gone girl/cinéma

Voilà un film qui a récolté un nombre considérable de « fantastique » « terrifiant » « machiavélique » « un thriller à couper le souffle » « un casting époustouflant »… David Fincher nous a concocté une histoire pas banale tirée de la nouvelle éponyme de Gillian Flynn.

C’est l’histoire d’un couple, lui, Nick Dunne (Ben Affleck), un écrivain plutôt baratineur, elle Amy, connue de tous pour avoir été, enfant et adolescente, une héroïne de série télévisée, « Epatante Amy ».. Image du couple idéalselon les clichés mis à la sauce américaine, ils doivent fêter leur 5 ème anniversaire de mariage. Ce matin-là, il rentre chez lui et constate que sa femme a disparu. Avertie, la police découvre des traces de lutte dans la chambre. Sur le sol de la cuisine, elle met à jour une gigantesque flaque de sang, maladroitement nettoyée, qui s’avère être celui d’Amy. L’enquête nous fait découvrir que ce qui était un conte de fées n’était en réalité qu’une lente dérive vers ce qui deviendra un cauchemar. Lui va se défendre maladroitement, ses fausses vérités et ses demi-mensonges vont finir par le faire accuser du meurtre de sa femme, Elle, dans une série de flash-backs, donne sa version de la déchirure du couple, une déchirure qui s’est peu à peu transformée en gouffre dans lequel ils vont tous deux s’abîmer. On suit l’enquête pas à pas, on voit comment un étau inexorable se resserre autour de Nick. Et les médias sont là, à l’affût, avec leurs émissions abjectes qui se délectent d’un discours ravageur sous le masque de la bonne conscience, qui font et défont l’opinion publique en colportant des rumeurs, jugeant sans preuves, insinuant, se rendant complice de fausses accusations….

A ce stade, on ne peut avancer davantage dans l’histoire sans en amoindrir l’intérêt pour le futur spectateur, mais sachez que la suite réserve une succession de rebondissements qui tiennent en haleine jusqu’à la dernière image.

Ben Affleck, qui joue ici un de ses meilleurs rôle, est très naturel, aussi bien dans ses exercices de charme que dans son personnage de Don Juan repenti, mais aussi dans son interprétation qui laisse toujours planer un doute sur la sincérité de Nick lorsqu’il affirme ne pas avoir assassiné sa femme. Quant à Rosamund Pike, que dire sinon qu’elle est sublime dans ce rôle de beauté glacée, glaçante, tortueuse, à l’intelligence monstrueusement diabolique….

Cent cinquante minutes d’une histoire bien ficelée… !

Encore disponible sur Netflix, orange, CanalVOD, cliquez, n’hésitez pas !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :