Accéder au contenu principal

Toulouse-Lautrec

 On connait de lui sa petite taille et son penchant pour la vie légère et les lieux de plaisir, mais c’est un tout autre homme que l’on découvre ! Un homme résolument moderne qui a voulu connaître avec une avidité dévorante tout ce que la société de la fin du 19ème siècle pouvait lui offrir. Tour à tour photographe, peintre, illustrateur, affichiste, portraitiste, chroniqueur,  il fut un observateur insatiable de la vie et de l’âme de ses contemporains.

Henri de Toulouse Lautrec souffrait d’une maladie génétique qui avait ralenti sa croissance. En dépit de sa petite taille et de ses fractures à répétition, on retiendra un homme débordant d’énergie,  qui saisissait avec avidité tous les plaisirs de la vie.

Chacune de ses œuvres illustrant un aspect de l’artiste.  Se dressant contre une peinture qu’il juge mièvre et insipide, dès l’âge de 17 ans, il prône un naturalisme audacieux, vigoureux, que l’on peut saisir dans le portrait sans complaisance de sa maîtresse  Suzanne Valadon qu’il peint trois ans plus tard. Dans les années quatre-vingt il aborde les portraits de femmes de toute condition. Les rousses le fascinent, comme en témoignent le portrait de Carmen  Gaudin qu’il  représente  de face, en toute majesté et c’est probablement elle que l’on voit de dos, dans une pose que l’on imagine impudique, sur une toile intitulé « Rousse (la toilette)». Il brosse aussi un certain nombre de portraits masculins dont celui de son cousin, le Docteur Tapie de Céleyran  qu’il saisit dans les couloirs de la Comédie Française. C’est à cette époque qu’il rencontre Vincent Van Gogh et Emile Bernard avec lesquels il exposera certaines de ses toiles à Paris. A la fin de ces années, grand fan de chevaux et enthousiasmé par les numéros de cirque, il fixera des scènes en  mouvement comme  « Au cirque Fernando, l’Ecuyère » ou «Le Jockey.

 Mais il n’oublie pas les plaisirs que lui offre Montmartre, ses cabarets et autres music-halls où il se mêle à la faune locale, qu’il s’agisse de femmes du monde, de midinettes ou de prostituées. Au Moulin Rouge il  découvre entre autre la chanteuse Louise Weber, dite «La Goulue », dont la gouaille et les propos lestes l’enchantent. Plus tard il sera séduit par une autre chanteuse, Yvette Guilbert, dont il a fixé l’image avec ses jeux de physionomie, ses lèvres accentuées de rouge, sa chevelure rousse et ses gants noirs qui deviendront son symbole .Les dernières salles sont consacrées à la passion de  Toulouse Lautrec pour la féminité, qu’il s’agisse de sages jeunes filles ou de prostituées. Il fréquentera assidûment les maisons closes, il s’y installera parfois, pour en saisir des moments de leur vie, avec tendresse, sans voyeurisme, se faisant discret et bienveillant.

Léa Berroche rédactrice et Christian de Rouffignac rédacteur au magazine Arts culture évasions.

Catégories

Expositions

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :