Accéder au contenu principal

Exposition Signac le collectionneur

Au Musée d’Orsay, jusqu’au 13 février 2022

Depuis une quinzaine d’années, le collectionnisme suscite un regain
d’intérêt, et est à l’origine de nombreuses études, expositions
et publications. Dans ce cadre, la collection Signac est un véritable
cas d’école car elle reflète le regard et les partis-pris d’un artiste
particulièrement actif sur la scène artistique de son temps.
La collaboration avec les archives Signac, qui conservent, outre
la correspondance de l’artiste, les carnets où il consignait ses achats,
permet d’établir un recensement précis des peintures, dessins
et estampes qui lui ont appartenu.

Autodidacte, Signac apprend son métier en regardant les œuvres des impressionnistes, en particulier celles de Claude Monet, d’Edgar Degas, de Gustave Caillebotte ou d’Armand Guillaumin qui pour la plupart figurent dans sa collection. Sa première acquisition est un paysage de Paul Cézanne.

Issu d’une famille aisée sans être riche, Signac peut envisager de réunir des œuvres importantes, mais se doit d’être réfléchi dans ses choix. D’emblée, le rôle qu’il joue dans la fondation puis l’organisation du Salon des artistes indépendants, dont il devient président en 1908,le place au carrefour des différentes tendances de l’avant-garde. S’il privilégie souvent les œuvres de ses amis néo-impressionnistes, celles de Georges Seurat, de Camille Pissarro, de Maximilien Luce ou d’Henri-Edmond Cross en particulier, il s ‘intéresse aussi à celles des Nabis, Pierre Bonnard, Édouard Vuillard, Ker-Xavier Roussel, Maurice Denis et Félix Vallotton. Parmi la génération suivante, sa passion de la couleur le conduit à aimer les fauves, en particulier Kees Van Dongen, Henri Matisse, Charles Camoin et Louis Valtat. Car l’auteur du traité D’Eugène Delacroix au néo-impressionnisme indique d’emblée la filiation qui du néo-impressionnisme mène au fauvisme . La collection réserve aussi quelques surprises dont des œuvres moins attendues chez le chantre de la couleur, comme un beau fusain d’Odilon Redon ou un tableau « un peu lubrique » de Walter Sickert.

Informations pratiques:

Musée d’Orsay : 1 rue de la Légion d’Honneur, 75007 Paris.

Visite à partir de 9h15 jusqu’à 15h45 du mardi au samedi, jeudi jusqu’à 19h45, à l’exception des jours fériés et de certains jours où des manifestations exceptionnelles ne permettent pas l’accueil des groupes.








Catégories

Expositions

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :