Accéder au contenu principal

théâtre de la contrescarpe

Deux spectacles à voir le 30 et le 31 décembre et le premier janvier

Jeudi 30 et vendredi 31 décembre à 19h samedi 1er janvier à 18h30

A la recherche du temps perdu

Texte : Marcel PROUST

Mise en scène : Virgil TANASE

Distribution : David LEGRAS

Durée : 1h15

Le goût particulièrement agréable des petites madeleines trempées dans du thé chez sa grand-tante Zélie à Coudray fait surgir chez Marcel Proust, une explosion de souvenirs.
David Legras, voyageant dans l’écriture de l’auteur, nous les restitue de façon remarquable.
Il évoque, tout d’abord ,le souvenir de la chambre où il séjournait, au décor d’autrefois avec ses rideaux de mousseline et la lumière qui pénétrait par la fenêtre à travers les branches d’un aubépine.
Il pense ensuite à la disparition successive de sa grand-mère,  de son père et de sa mère.
Une nuit de 1908, il a la révélation que grâce à l’écriture la mort de ces êtres chers ne les a pas tout à fait atteints.
Ensuite, le souvenir de son ami Abertine, lui rappelle que l’amour n’est pas comme l’écoulement de l’eau d’un long fleuve tranquille. Toute passion mène à l’échec.
Il n’existe pas d’amour heureux, car aimer revient à éprouver de la jalousie.
Le tableau du duc de Guermande lui rappelle qu’en politique la vérité n’existe pas, et, que les nationalismes mènent à la guerre…
Marcel Proust n’a pas de bons rapports avec la médecine mais les bienfaits apportés par l’évocation de tout ces souvenirs en fait un médecin de l’âme.

David Legras,  très élégant, voyage dans l’univers de Proust et nous le restitue sous la forme de confidences.
Le public est captivé,  et pense que Marcel Proust est à la recherche des paradis perdus car ce sont les vrais paradis !

Hervé Lejosne 

Fausse note

Jeudi 30 et vendredi 31 Décembre à 21h samedi 1er janvier à 20h30

De: Didier Caron

Mise en scène: Didier CARON et Christophe LUTHRINGER

Distribution:  Pierre AZEMA et Pierre DENY

Durée:1h30

A la fin d’un concert, un spectateur se présente auprès du chef d’orchestre, un grand artiste renommé, pour lui témoigner son admiration. Il le harcèle sans lui laisser un seul moment de répit. Il y une raison à cela…une lourde raison que l’on découvrira peu à peu…

Les dialogues de Didier Caron, servis par deux magnifiques acteurs, Pierre Deny et Pierre Azéma, sont remarquables. La mise en scène, sobre mais efficace, dans un décor simple, est de Didier Caron & Christophe Luthringer.

Léa Berroche rédactrice au magazine Arts culture évasions.

Informations pratiques:

Au théâtre de la contrescarpe

5 rue de Blainville

75005 Paris

Réserver

Catégories

Théâtre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :