Accéder au contenu principal

Le Lac des Cygnes

Ce spectacle est un régal pour tous les admirateurs de la danse grâce à une symphonie de grâce et de beauté, touchante et merveilleuse, un chef d’œuvre du ballet classique.

Au Centre Culturel Jacques Prévert de Villeparisis (77)

par le Grand Ballet de l’Opéra National de Kiev

Mercredi 9 février 2022 à 20h30, représentation unique.

(voir informations pratiques à la fin de l’article)

Argument

À l’occasion de l’anniversaire du prince Siegfried, la reine demande à son fils de choisir une fiancée parmi les invitées le lendemain. Passe un vol de cygnes. Impressionné par ces oiseaux, le prince décide de partir à la chasse.

Siegfried trouve dans la forêt un lac. À ses frontières, se trouve le maléfique royaume du sorcier Rotbart. Celui-ci tient prisonnière une princesse nommée Odette. Il lui a jeté un sortilège : la jolie jeune fille est transformée en cygne et ne peut reprendre son apparence humaine qu’au coucher du soleil. Elle ne peut être délivrée que par un homme qui n’aimera qu’elle. Le prince lui promet qu’il sera cet homme-là.

Le lendemain, aucune des jeunes filles présentes n’est capable d’attirer l’attention du prince. Arrive un personnage d’apparence noble accompagné par sa fille s’appelant Odile.

En elle, Siegfried croit retrouver Odette. En réalité, le magicien Rotbart et l’enchanteresse Odile ont pris l’apparence du noble personnage et d’Odette. La danse avec ce dernier scelle le destin du prince et celui d’Odette.

Victime de la magie d’Odile, le prince annonce aux invités qu’il a choisi la belle étrangère comme fiancée. Ainsi, il trahit le serment fait à Odette. Rotbart et Odile ont rendu impossible la libération de la princesse.

Désespérée parce que le prince a rompu sa promesse, Odette se résigne à son sort. Arrive alors le prince, qui explique comment il a été abusé par Rotbart et Odile. Odette lui pardonne.

Ne pouvant rien contre cet amour, Rotbart trouve sa vengeance dans la tempête qu’il déclenche sur le lac. Odette, redevenue cygne, prend la fuite. Submergé par le désespoir, le prince s’engloutit dans les eaux tumultueuses.

Historique

Le Lac des Cygnes est la première musique de ballet commandée à Tchaïkovski. Elle fut donnée pour la première fois au Théâtre Bolchoï de Moscou le 4 mars 1877 dans une chorégraphie de Julius Wenzel Reisinger. La réalisation hélas fut jugée médiocre et fit vite disparaître le ballet de l’affiche. Une dizaine d’années plus tard, les succès éclatants, à Saint Petersbourg, de la Belle au Bois Dormant (1890) et de Casse-Noisette (1892), nés de la collaboration de Tchaïkovski et du talentueux Marius Petipa, assurèrent la revanche du compositeur. Et c’est après la mort de Tchaïkovski (le 6 novembre 1893), que le chorégraphe français songea à exhumer la partition du Lac des Cygnes.

La création véritable du ballet dans la chorégraphie de Marius Petipa et Lev Ivanov – devenue la version de référence – date du 27 janvier 1895, soit deux ans après la disparition du compositeur. Le Lac des cygnes demeura assez longtemps inconnu des occidentaux. Comme pour La Belle au bois dormant, ce sont les Ballets Russes de Diaghilev qui montrèrent pour la première fois – à Londres, en 1911 – la version de Petipa-Ivanov revue par Fokine, avec Mathilda Kschessinksa et Vaslav Nijinski.

En France, Serge Lifar présente quelques extraits du Lac en 1936 à l’Opéra de Paris, puis Victor Gsvosky remonte en 1946 au Palais Garnier tout le deuxième acte avec Yvette Chauviré et Serge Peretti. Mais il faudra attendre 1954 avec le « Sadler’s Wells Ballets » de Londres, invité au Palais Garnier et 1956 avec la compagnie « Nemirovitch-Dantchenko » du Théâtre Stanislavski de Moscou en représentation au Théâtre du Châtelet pour que les Parisiens découvrent la version intégrale du Lac.

Le Lac des cygnes, dans sa version intégrale, n’entrera d’ailleurs au répertoire du Ballet de l’Opéra de Paris qu’en 1960, dans la version de Vladimir Bourmeister. C’est cette version qui ne cessera d’être donnée par la suite, du Palais Garnier (1974) à la Cour Carrée du Louvre (1976) et au Palais des Sports, jusqu’à la nouvelle production de Rudolf Noureev en 1984.

Une version sur glace de la troupe « Imperial Ice Stars », avec en invité Philippe Candeloro dans le rôle de l’affreux magicien Rotbart, fera une tournée en France en octobre-novembre 2016.

Le Ballet National de l’Opéra de Kiev

C’est le plus prestigieux des ballets ukrainiens. Ses membres sont issus des meilleures écoles de théâtres, d’opéras et de ballets d’Ukraine. Son directeur qui participe à cette sélection très rigoureuse est Alexander Stoyanov, étoile de ballet mondialement connu.

Le répertoire de ce ballet est constitué principalement des grandes œuvres du patrimoine classique de la danse : Le Lac des CygnesLa Belle au bois dormantCasse NoisetteCarmen, Giselle, Don Quichotte et tant d’autres. La beauté, la perfection de leurs performances et leur notoriété les amènent à se produire dans le monde entier, tout comme récemment aux Etats-Unis, au Mexique, en Hollande et au Japon.

Ballet en trois actes de Tchaïkovski. Chorégraphie : Marius Petipa. 40 danseurs sur scène. 400 costumes. Etoiles : S. Sotianov et E.Khukar. Direction : Aleksandr Stoyanov.

Piotr Ilitch Tchaïkovski

C’est un compositeur russe de l’époque romantique, né le 25 avril 1840 à Votkinsk et mort le 6 novembre 1893 à Saint-Pétersbourg.

Son œuvre, d’inspiration plus occidentale que celle de ses compatriotes contemporains, intègre des éléments occidentaux ou exotiques, mais ceux-ci sont additionnés à des mélodies folkloriques nationales.

Tchaïkovski compose dans tous les genres, mais c’est dans la musique d’orchestre comme les symphonies, les suites et les concertos qu’il déploie toute sa science et donne la mesure de son sens mélodique inspiré. C’est également lui qui donne ses lettres de noblesse à la musique de ballet, ajoutant une dimension symphonique à un genre auparavant considéré comme musicalement mineur.

Il incarne la figure dominante du romantisme russe du XIXe siècle dans toute sa populaire et généreuse vitalité et sa profonde sincérité.

Compositeur éclectique, il est l’auteur notamment de onze opéras, huit symphonies, quatre suites pour orchestre, cinq concertos, cent-six mélodies, une centaine de pièces pour pianos ainsi que les ballets : Le Lac des Cygnes (1875), La Belle au bois dormant (1888) et Casse-Noisette (1891).

Tchaïkovski est aujourd’hui un des compositeurs russes les plus célèbres et les plus populaires au monde.

Informations pratiques :

Représentation unique le mercredi 9 février 2022 à 20 h 30

Centre Culturel Jacques Prévert

Place Pietrasanta

77270 Villeparisis

Site : http://www.ccjp.fr

Téléphone : 01 64 67 59 60

Fax : 01 64 67 59 67

Adresse mail : centre-culturel-jacques-prevert@orange.fr

Tarifs :

Plein tarif : 30€ – Adhérent : 25€ – Adhérent -18 ans : 20€

Pour voir le programme riche et varié proposé par le Centre Culturel Jacques Prévert de Villeparis :

https://www.ccjp.fr/saison-21-22/

Article rédigé par Pierre Caspar avec la collaboration de Maud Bruant.

Catégories

musique, Théâtre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :