Accéder au contenu principal

La Muse de Bernard Anton : un recueil de nouvelles et récits poétique et moderne

La nouvelle parution de Bernard Anton également connu sous le nom de Ben plaira particulièrement aux lecteurs qui collectionnent les ouvrages brefs. En effet, cet ensemble de textes se dévore rapidement et permet un instant de divertissement, mais toujours sous un angle engagé. Il faut dire que Bernard Anton est un spécialiste de la littérature sous toutes ses formes. Pour cet artiste pluridisciplinaire, il est possible d’écrire des haïkus, des nouvelles, mais aussi des essais philosophiques. Récemment, l’auteur s’est distingué avec des recueils, rédigés selon les traditions du poème japonais. Monsieur Anton a donc abordé de nombreuses thématiques, qui lui tiennent particulièrement à cœur. Pour ce poète-thérapeute, il est envisageable de se guérir grâce aux mots, à travers le pardon. Avec ses multiples casquettes, Ben est un écrivain-professeur, qui entend bien exploiter son imaginaire unique et original… Alors qu’est-ce que cette Muse ?

Dans le langage courant, la « muse » est l’inspiration souvent féminine, la source de désir et l’élément qui permet de produire un contenu artistique. Par exemple, on pense à des actrices célèbres comme Helena Bonham Carter, qui était l’épouse du grand Tim Burton. Celle-ci a joué dans bon nombre de ses films. Dans la peinture, on songe aussi à Amanda Lear et Dali. Ou bien Jeanne Duval pour le mythique Charles Baudelaire… La Muse est le nom de la dernière nouvelle, qui termine ce recueil en beauté. Chaque histoire expose une situation propre et définie, sans lien les unes avec les autres. Pourtant, le style de Bernard Anton est reconnaissable. En effet, certains de ses personnages sont aussi poètes et n’hésitent pas à écrire quelques vers, pour exprimer leurs émotions.

            Au cours de ces huit textes, le lecteur admire un dessin en gage d’ouverture. Cela permet de visualiser l’action, ou d’avoir un aperçu d’un geste qui va être accompli. Cette mise en page est donc plutôt originale et sympathique. Avec des situations comme la promenade hivernale d’une vieille dame en pleine tempête de neige ou bien la découverte d’un nouveau foyer, Monsieur Anton parvient à poser des mots précis sur des récits toujours très réalistes. Quelques fois, le lecteur est confronté à l’injustice sociale. Certains protagonistes sont mieux traités que d’autres, bénéficient de privilèges – tandis que d’autres luttent pour se faire une place. Au sein d’une société qui protège parfois les bourreaux au détriment des victimes, le discours de Bernard Anton se veut dirigé vers le monde. En réalité, l’artiste dépeint la corruption, mais aussi les vices d’un système où l’éthique passe après l’intérêt. Grâce à des individus rapidement, mais finement définis, l’auteur suscite l’empathie. À bien des égards, le format et genre littéraire qu’est la nouvelle rebute souvent les lecteurs et lectrices habituées à des types plus convenus. Par exemple, un roman plus épais promet une description des lieux et héros ainsi qu’un développement plus long de l’intrigue. Ce genre bref suggère une action intense qui se déroule sur un laps de temps nettement plus concis, moins de personnages… et une chute généralement vertigineuse.

Mais Bernard Anton se joue des commodités. Il s’empare des normes et des codes de ce récit, pour les modifier à sa guise. C’est pourquoi le recueil La Muse incarne une nouvelle manière de penser le recueil. Puisque les textes sont courts, il est possible de découvrir chaque petite histoire au quotidien. Pour les frileux de la littérature massive et les tomes relativement denses, ce type d’ouvrage encourage à lire.

Même si la majorité des personnages d’Anton sont des anciens, des personnes âgées – le jeune lecteur inexpérimenté pourra tout aussi bien apprécier la finesse de la plume et le message véhiculé par son auteur. En somme, Bernard Anton parvient à délivrer un livre qui ressemble à un portrait « clair-obscur ». Avec un habile jeu de lumière, où l’ombre n’est jamais très loin… Pour cet idéaliste qui condamne souvent l’humanité pour sa violence, le poète garde également son âme d’enfant. Il s’émerveille face à la nature de sa région : Québec, Montréal. Cet amoureux du voyage réussit à emporter son lecteur par le bras, sans le forcer.

Le recueil de nouvelles et récits ponctué d’illustrations est disponible chez la maison d’édition L’Harmattan. D’ailleurs, Bernard Anton a déjà choisi cette structure française pour publier de nombreux autres travaux. Ses œuvres différentes et pourtant communes laissent entendre les préoccupations profondes de cet artiste qu’est Ben. Un homme qui se sent souvent dépassé par les injustices, et qui profite de son talent pour l’écriture – afin de dénoncer les écueils de la vie. A la fois sage et provocateur, il réussit avec brio ce « mix » à lire, une petite pépite qui donne envie de dévorer la bibliographie entière de Bernard Anton. D’ailleurs, si l’on se réfère à ses Célébrades et aux Lauriers pour l’Ukraine, ses deux derniers ouvrages, la Muse de cet artiste semble être la fameuse Brigitte Bardot aka BB ! Défenseuse des animaux et souvent au cœur des polémiques, elle n’a pas sa langue dans sa poche. Qu’on l’aime ou pas, Bernard Anton lui voue une admiration touchante, qui ne laisse personne de glace.

Zack SEMINET

Catégories

livres

One thought on “La Muse de Bernard Anton : un recueil de nouvelles et récits poétique et moderne Laisser un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :