Accéder au contenu principal

Marceline ou le monde des autres de Marc Desaubliaux/livre

L’écrivain parisien Marc Desaubliaux revient avec un drame authentique au cœur de la ville de Rougemont, au nord de Paris. Pour cet auteur fasciné par la psychologie humaine et le mal-être bourgeois, écrire sur des tranches de vie est devenu une véritable passion. L’auteur du roman Un homme sans volonté avait déjà brossé le portrait d’un personnage profondément blasé par l’existence. Sur son chemin chaotique, le héros ordinaire ne prenait jamais vraiment de décisions. Sans vocation, il semblait errer, dépourvu de doutes dans une classe sociale pourtant privilégiée. Tout pouvait lui sourire, mais lui ne ressentait pas grand-chose. En résulte un parcours moyen, qui pousse à l’interrogation : pour cet homme issu d’un milieu fortement favorisé, les biens matériels n’ont pas suffi. Le vide demeure et l’aspire au fond d’un trou…

Cette fois, Marc Desaubliaux va plus loin. Plutôt que de se contenter d’un seul et même personnage à suivre, dans les tréfonds de son âme, il présente des protagonistes aux destins différents. Tous ces acteurs sur scène occupent un rôle bien défini, dans une atmosphère étouffante. Il semblerait bien que le propos du roman dépasse le simple divertissement. Ici, le lecteur découvrira un message engagé, qui dénonce l’ignorance et les conséquences dramatiques de la violence. Nombreux sont celles et ceux qui vivent dans les faux-semblants et dans le regret. Certains malaises poussent les autres à cultiver des vices qui encouragent à l’autodestruction… Mais alors, qu’en est-il de Marceline ou le monde des autres ? Quelle est l’histoire de ce personnage féminin dont le nom s’est glissé dans ce titre mystérieux ?

            L’intrigue se déroule de nos jours, dans une petite bourgade excentrée de Paris appelée Rougemont. Au sein de cette ville de campagne, tout le monde se connaît plus ou moins. Cependant, les riches et les pauvres ne se mélangent pas. Ces deux « mondes » et classes sociales restent bien dans leurs moules. Hors de question pour un individu aisé de s’entretenir avec une personne vivant dans un HLM. Et pourtant, cet interdit accepté par la communauté va être brisé. Tout débute par la présentation de la famille Frémy et plus spécifiquement par un cambriolage. La jeune Marceline y assiste avec sa sœur Sofia et un troisième personnage. L’intrusion est violente et symbolise bien à elle seule la thématique principale de l’ouvrage. À la suite de cet incident, la famille se dévoile. Il s’agit d’un couple en crise, avec deux enfants. La mère est alcoolique tandis que le père se soumet aux addictions et à l’agressivité de sa femme hors de contrôle. Celle-ci ne supporte pas la vie à Rougemont, très nostalgique de ses années passées à la capitale. Paris lui manque et elle va même jusqu’à fuir en pleine nuit, totalement intoxiquée. Après cette disparition inquiétante, l’époux Jean-Patrick ment à ses enfants Henri et Paul. Maman est partie à l’hôpital : telle est la version qu’il maintiendra…et pourtant ! Ses fils ne sont pas dupes. Pour ces jeunes garçons en quête de sensations fortes, le monde est un terrain de jeu à explorer. Tandis que leur mère France a trouvé refuge chez une amie, celle-ci retrouve de ses couleurs et renoue avec la joie de vivre, évanouie dans son ménage. Le pauvre mari attend que sa femme revienne, en vain, car celle-ci prend tout son temps.

De son côté, Marceline s’instruit. Elle qui est issue de quartiers populaires ne reste pas sur ses acquis. Elle ne comprend pas bien pourquoi sa propre famille déteste les Frémy. Chez les Fraisse, il est important de ramener un salaire, même si cela signifie devoir sacrifier les études de la jeune adolescente, intelligente et curieuse.

En parallèle, Jean-Patrick enquête sur un de ses ancêtres. Des secrets bien enfouis vont être dévoilés au grand jour, ce qui va causer un véritable raz-de-marée. La multiplié des points de vue et l’alternance de protagonistes sont des éléments difficiles à maîtriser et qui nécessitent une bonne organisation ainsi qu’une narration fluide. Dans ce livre au style élégant, Marc Desaubliaux parvient à créer un effet de mille-feuilles délicieux et digeste. Par ailleurs, cette volonté de présenter différents angles donne une grande crédibilité à ses personnages. À plusieurs reprises, le lecteur peut tout à fait théoriser sur la véracité de cette fiction… Et pourtant, il ne s’agit que d’un roman. Cependant, ce n’est pas parce qu’une œuvre est imaginaire qu’elle ne dépeint pas le réel. Au sein de cette histoire dramatique qui suscite bien des émotions et des indignations, l’auteur réussit à poser les mots justes sur des vérités qui dérangent. L’être humain est capable de tout pour régler ses comptes, y compris s’asseoir sur sa dignité et entreprendre des moyens plus que discutables…

Finalement, Marceline ou le monde des autres offre une vision authentique du clivage social, entre les milieux riches et pauvres. Dans ce tableau vivant, les sujets vont exploiter leurs forces et leurs faiblesses. Personne n’est parfait, même si certains vont dévoiler un visage monstrueux. Les lecteurs férus de gros livres apprécieront ce texte bien fourni. Grâce à une intrigue intéressante et détaillée, emplie de nuances et de rebondissements, il est impossible de s’ennuyer. En bref, Marc Desaubliaux réussit une nouvelle fois à attrister et satisfaire avec un ouvrage humain et sans artifice.

Zack SEMINET

Catégories

livres

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :