Accéder au contenu principal

Le Requiem de Verdi

porte la marque profonde du génie du compositeur

Giuseppe Verdi

 Naît le 10 octobre 1813 à Roncole dans la région de Parme. Enfant de marchands, il manifeste très tôt un véritable don pour la musique. Après un apprentissage éclair, il part s’installer à Milan à l’âge de 18 ans. Le surdoué a déjà commencé à composer ses premières oeuvres, mais il est refusé par le conservatoire pour ses lacunes en piano. Il est alors pris en charge par le chef d’orchestre de la Scala, Vincenzo Lavigna.

En 1836, il est professeur à Busseto et épouse Margherita Barezzi. La même année, il écrit Oberto, son premier grand opéra dont le succès à Milan lui offre les grâces de la Scala.

Affligé par la perte de sa femme et de ses deux enfants, morts de tuberculose en 1840, l’artiste se jette à corps perdu dans la composition de Nabucco, qui recevra un accueil enthousiaste du public en 1842. L’opéra est représenté cinquante sept fois à la Scala.

En 1847, il réalise Macbeth qui lui confère une nouvelle dimension. Il partage ensuite sa vie entre Paris et Busseto, lui offrant l’inspiration pour sa plus célèbre pièce : La Traviata (1848). Toujours très actif et sollicité par les théâtres d’Europe, il consacre les années 1860 à l’Opéra de Paris.

Après avoir connu le succès avec l’opéra Aida en 1871, Verdi composa la Messa da Requiemen mémoire de son compatriote et ami, le poète Alessandro Manzoni, mort en 1873.

Le grand compositeur décède d’une hémorragie cérébrale le 27 janvier 1901 à Milan.

Le Requiem

L’œuvre a comme origine une commande passée à plusieurs compositeurs italiens pour écrire une messe de requiem à la mémoire de Gioachino Rossini mort le 13 novembre 1868, pour laquelle Verdi composa la treizième et dernière partie, le Libera me. La Messa de Rossini n’ayant jamais été exécutée, Verdi envisagea de composer un Requiem entier à partir du Libera me mais le projet ne prit forme qu’avec la mort de Manzoni. Verdi offrit à la municipalité de Milan la composition d’une messe en son honneur, d’où le titre de Requiem de Manzoni.

La création eut lieu le jour du premier anniversaire de la mort de Manzoni le 22 mai 1874 en l’église San Marco de Milan sous la direction du compositeur lui-même. Le Requiem fut accueilli avec un grand enthousiasme et trois autres présentations furent réalisées à la Scala. Verdi dirigea le Requiem huit jours après à Paris, à l’Opéra-Comique, puis en 1875 à Londres et à Vienne. En Allemagne, les premières ont eu lieu en décembre 1875 à Cologne et Munich.

Participent aux concerts :

L’Orchestre « Les Miroirs »

Les musiciens, tous professionnels, sont issus des plus grandes formations parisiennes.

Pour plus d’informations :

Soprano : Catherine Manandaza

Alto : Nathalie Espallier

Ténor : Jean Goyetche

Basse : Marc Souchet

120 choristes (Chœur « Les Migrateurs » de Champigny-sur-Marne, Chœur « St. Louis » de Vincennes, « Chœur des Abbesses » de Paris).

Direction : Jérôme Boudin Clauzel.

Article rédigé par Pierre Caspar avec la collaboration de Maud Bruant

Catégories

musique

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :